Une histoire d'ici: l'arrière pays Vaisonnais.

Publié le par F-EDITIONSNAIRE

       Snapshot_20110418--2-.jpg                                         

 

Une histoire d'ici: l'arrière pays Vaisonnais.

              Madame Domina Percipia*

         

                                         Dieudonné L. NAIRE,

 


             Le Moyen âge dans les Baronnies dévoile à travers l'immensité de son territoire une grande figure de femme : Domina Percipia, qui nous reste encore aujourd'hui fort mystérieux et légendaire.

Entre les domaines des Baronnies s'étendant du massif du Vercors au nord, et au sud le Mont Ventoux, a circulé en effet la figure distinguée de cette veuve qui présida aux biens des Mévouillon avec la même notoriété que toutes les grandes Dames célèbres du Xi siècle.

Elle résida à Poët qui devint après elle Poët-en-Percip.

Le Poët, situé entre Montauban et le Buis, ne fut qualifié d'en Percip qu'en 1266 avant de recouvrir définitivement de son appellation actuelle qui rappelle éloquemment le souvenir de la Dame Domina Percipia.

 

« Femme à la stature droite et solide, malgré son âge avancé, inspirait à son entourage la confiance d'une mère et la détermination de ces Grandes Dames du XIe siècle. Sa longue robe droite en lin, descendant jusqu'aux chevilles, qui apparaissait sous une jupe légèrement plus courte, cousue sur le bliaut et fendue des deux côtés, lui donnait la prestance révélatrice de cette haute caste de la société aristocratique de l'époque. Un galon richement vertical, soulignant les hanches, se prolongeait par un pan vertical cousu sur le devant de la jupe. Enfin, de longues nattes entourées de bandelettes s'échappant d'un voile ne couvrant que la nuque, tombaient sur le devant de la chape (ou manteau) tenu sur la poitrine par une fibule, achevaient de souligner toute l'élégance de cette grande Dame si distinguée.

Cette veuve n'afficha jamais sa faiblesse dans la gestion du domaine des affaires à traiter avant que ses fils ne soient en âge de gouverner ».

Son rôle et sa personnalité furent suffisamment importants pour laisser l'empreinte de son nom au Poët-en-Percip. Ce village enserré entre les montagnes de la Loubé et Banne, à quelques kilomètres à l'ouest de Buis, ne compte aujourd'hui que moins de vingt résidents permanents.

On ne sait pas si c'est si c'est son mari Raymond, dont on ignore le nom, qu'elle tient ses biens des Mévouille ou de son Douaire. En revanche, on sait que Domina Percipia eu quatre fils : Rippert, Laugier, Hugues et Rimbaud. Toujours ets-il que le nom patronymique des Mévouille n'apparaît discrètement qu'en 1057 environ et son centre fut Montauban.

 

Riche et passionnante demeure cette histoire de la Grande Dame Domina Percipia que je vous invite à redécouvrir en ces temps ambigus où la recherche de nos origines retrouve une actualité « inattendue » .

 

Lectures suggérées :

Les Bronnies au Moyen âge.Éditions Les Alpes de Lumière, 1997.

 

Si vous avez un projet d'écriture littéraire, professionnel ou de formation, les Editions NAIRE vous proposent une assistance et un accompagnement personnalisés. Contacts : dieudonne.naireloubassa@sfr.fr

ou par au 00.33.(0)4.90.35.05.58

ou écrire à : EDITIONS NAIRE, 2 Avenue Jules FERRY, F-84110 Vaison La Romaine. Joindre une enveloppe timbrée à vos noms et adresse. Réponse assurée sous sept jours ouvrés.

 

*Cet Article a déjà fait l'objet d'une publication In Regard'Ici, Magazine gratuit, N°2, juin 2010.

 

Publié dans CURIOSTES TOURISTIQUES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article