PLEURES DE POETE

Publié le par F-EDITIONSNAIRE

PA020011.JPG

 

 

 

Se pleurer de ses vers

 

 

  

 

 

L’aveu

 

A Royale marie ma, fifille,

 

Comment te l’avouer, double de moi.

Je voudrais un jour pleurer.

Sans cadavre et sans catastrophe.

Rien que pour moi.

Pleurer. Pleurer pour moi.

Un jour, pleurer pour rien 

Pour ces riens, chers payés.

Mes fautes de jeunesse et d’adulte

Mes indulgences regrettables

Mes illusions jamais abandonnées

Mes silences de gentleman camouflés

Mes rages et envies de jeune homme

Mes puériles timidités ; mes hontes habillées.

Oui, pleurer seul.

Sans amours et sans frères.           

Sans amis et sans obligés.

Sans vers et sans romance. Sans lecteur et sans publicité.

Loin des rives du Logone et du Congo.                    

Seul. Pleurer de moi.

Pleurer avec les larmes qui me restent

Pleurer pour mes irréparables

Pleurer pour mes égoïsmes et indifférences.

Pour mes langues de bois                                         

Mes orgueils coupables, mes amours simulées           

Et mes fidélités intéressées.

Seul, pouvoir pleurer de soi, sur soi.                          

Sans croix, sans ciel et sans accommodements.

Pleurer pour avoir osé rire un jour.                             

Rire de rien. Des riens.

De cet Amour de ma Fifille, Marie.

Pleurer pour la dernière phrase qui arrive !  

 

A suivre....

Publié dans BALLADES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Demande à la dame si elle est dépositaire du genre "roman" pour dire ce qui l'est ou non. Est-il interdit à un roman d'avoir une dimension sociologique ? La créativité n'est pas dans les rondeurs<br /> figées des conventions établies. Tu as de quoi lui répondre...
Répondre
F
<br /> <br /> Bravo Buta, mais il faudra l'afiner, aller dans le sens d'une critique plus globale et radicale de l'écriture romanesque de langue "vaguement" francophone que nous partageons malheureusement.<br /> Qu'est-ce écrire en définitive ? De quoi se doit-on d'écrire ? Le roman ne serait donc plus ce miroir dont parlait Ampaté Bâ qui se promène sur la grand'route et capte le réel qui s'y développe ?<br /> Il faut y arriver en proposant des conférences sur le sujet. Existe-t-il à minima une seule définition partageable du roman francophone ?<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
L
Telle une rose qui se défait de ses épines pour libérer ses effluves au vent, cette âme qui s'ouvre à sa fille est belle car elle dévoile sa faiblesse toute humaine, elle s'épanche et, dans ces<br /> pleurs intestins, découvre l'homme, le vrai, emprisonné dans la gangue des apparences et des faire-semblant. L'être est de pensée et d'émotions ; l'avoir est de chair et de sang. Il y a poesis car<br /> il y a transfert de l'émotion dans une catharsis qui nous fait tristesse et sanglots...<br /> Non, il te reste encore un ami et peut-être plusieurs sur la corde fragile de l'amitié. Nous qui t'aimons ne cherchons pas en toi la perfection ; nous t'apprécions dans ta singularité, dans tes<br /> errements, tes armures, tes balbutiements, tes excès, tes manquements, ton orgueil de prince de Moundou parce que nous ne supportons pas que tu pleures tes faiblesses qui sont aussi nôtres.<br /> Elève-toi au-dessus des pesanteurs toutes humaines qui ternissent ta beauté intérieure. Il importe plus d'aimer, de le dire, de le prouver que de posséder car nous ne possédons vraiment que ce que<br /> nous avons aimé...
Répondre
F
<br /> <br /> Que de bonheur à se voir illuminé des mots composés par Un A1mi retrouvé ! J'ai vibré d'émotions perdues à la lecture de ton commentaire. Te souviens-tu du Retardataire. Une façon d'écrire. Ce<br /> roman a fait l'objet d'une véhémente critique de la part d'une dame distinguée des lettres de la bibliothèèque de Vaison. Pour elle c'est un essaie de type sociologique sur le roman mais<br /> absolument pas un roman! Douche froide tu parles. Je lui prépare une réponse que j'éssayerai de faire publier dans le journal "La Provence". Au moins se sera entendu. Relis-le, je te l'avais<br /> offert pourtant. Merci encore. Je suis terriblement en panne financière depuis trois jours, c'est la galère quoi...Bon, à bientôt<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />