NOUVEAU: ÊTRE DE MOTS ET DE VERS AUX EDITIONS BAUDELAIRE

Publié le par F-EDITIONSNAIRE

 

Être de MOTS et de VERS  Poésie

 

 aux EDITIONS BAUDELAIRE

 

 

 

 

Sortie officielle: juin 2013
 
  Prix public : 13, 50 TTC

 

 

Pour toute commande et réservation

 

  editionaire@yahoo.fr

 

  www.editions-baudelaire.com

 

11, Cours Vitton-69452 LYON Cedex 06

 

  contact: 04 37 43 61 75 

   
Notes de présenation par l'Auteur:

A quoi pourrait bien ressembler un tel «Être» constitué de «mots et de vers» si ce n’est, sans exclusivité, à cet «Être d’émotion», mal compris, au «Négre premier» de Césaire Aimé !


Ici l’Homme se livre et se délivre à lui-même des mots de soi puisés dans les profondeurs agitées de ses interrogations, ses peurs et angoisses et, ses espérances et engagements rebelles.


Ces Ballades au titre évidemment plus poétique nous convie à une évasion aux parcours variés et objets triés non sans raisons et complaisances.

 

L’engagement, sans se lâcher, ne se contente plus seulement de dénoncer. Elle étend tendrement son filet pour épancher sa soif d’amour et de bienveillance.  

Souvenirs d’amours envolées; mots de père et espérance lucide pour un autre monde à laisser pour nos enfants, pour notre Mère Afrique, pour
déjà l’après soi.
On se laisse tour à tour attendrir puis secouer par les divers tons de ces vers libres de tout «alignement». 

 

Cet ouvrage a déjà fait l’objet d’une brève publication par les éditions De l’écrit au livre en 2010.

            Le présent texte que publie les EDITIONS BAUDELAIRE a fait l’objet d’une relecture globale : certaines pièces ont été retirées et d’autres ajoutées. Ce qui en fait une nouvelle édition. Son usage est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son utilisation personnelle. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés, et notamment par le Code français de la propriété intellectuelle et par les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur.

    

« Laissons à la belle jeunesse

Ses folâtres emportements ;

On ne vit que deux moments,

Qu’il en soit un pour la sagesse. »

                                   Voltaire, « L’amour et l’amitié »

                                  

Dédiccaces:

 

A Côme Mankasa.,

Le Prof., le Père,

Pour l'Amour de la justesse des mots appris   

 

À Paule Moustier,

Martine Lost,

Alain Leplaideur,

Maria Dzido,

 

tendrement et en toute amitié fraternelle.

 

À Falamata, Doriane et Marie,

pensées paternelles.

 

Sommaire duivi des premières pages...

 

Temps de poésie

Mon printemps

Greffes d’une langue

Vers d’adulte

À Léopold S. Senghor

T’inventer

Si j’avais à l’écrire

Coup de tonnerre

Fous de dieux

Mon très cher lecteur espéré

Mots de père

Grâce

Pause de prose libre

Rêves de toi

À Bibita

Corps en larmes

Marchands d’écritures

Prière de senior

Mots éteints

L’erreur

Vers derniers

L’aveu

Un dernier

 

Texte 1 : Temps de poésie  

 

À Cheikh Hamidou Khane  

 

Maître, dis-moi comment peut-on se permettre de se perdre dans les allées mêmes du jardin de l’universel ?  Dis-moi comment je n’ai pu me détacher de cette terrible Aventure ambiguë que tu livras de main de Maître, renouvelant en moi toute la fragilité de mon Être d’émotion, livré au questionnement philosophique ? Le risque encouru se trouvait-il dans le vol des mots français dont, malicieusement, nous nous sommes rendus coupables héroïques ou dans les merveilles de cette cathédrale dans laquelle, progressivement,  nous faisaient entrer ces mots ? N’existerait-il pas d’autres issues à cette aventure pourtant si jouissive par le bonheur et les paradoxes de l’ouverture qu’elle a créée, mais si troublante et perturbante par la gravité de sa finalité ? Est-ce pour cela que Les Gardiens du temple (Stock, 2004), que tu as mis si longtemps à livrer, se voudraient suggérer une autre de ces alternatives endormies et peu pertinentes à l’époque ? Qu’est-ce qui aurait fondamentalement changé depuis dans ce rapport risqué à l’autre ?

            Pourtant, loin des sentiers philosophiques empruntés par toi, mes filets d’apprenti pêcheur des émotions poétiques, jetés dans les mêmes eaux que toi, tremblent encore aujourd’hui de l’ambiguïté et des paradoxes de captures inattendues ! Pourquoi ce soudain sentiment de « fragilité » – fort paradoxal – nous happe-t-il si fortement sans nous laisser le temps de choisir entre ce que nous devons abandonner et ce qu’il nous faudrait prendre à autrui pour survivre ?

            Parti pour t’entretenir des « Temps de poésie », me voici porté à te parler de ce que jamais je n’ai pu oublier, de cette Aventure ambiguë dont, chaque jour encore aujourd’hui, je redécouvre des sens nouveaux et des perspectives nouvelles à saisir !

Merci pour y avoir pensé bien plus tôt. Tu m’as évité beaucoup d’atermoiements et de vains moments d’égarement.

Mais alors pourquoi ne pas laisser ouvertes les portes de ce Temple, tentées par ton illustre héros ? Pourquoi des Gardiens, alors qu’on ne sait même pas s’il reste encore des choses à sauver, pardon, à préserver ?

Peut-être qu’ainsi s’ouvrira à nouveau le temps de la poésie pour un autre tour des lieux ; pour d’autres aventures, aussi magiques et universelles que cette Légende de M’Foumou Ma Mazono, si oubliée de nos jours et qui, moi, m’enchante encore aujourd’hui !

Reçois toute mon affection et pense à moi qui risque de me perdre en ombre de lumière dans les draps des mots, immaculés de raison, de cette langue devenue mienne par les sonorités nouvelles que toi et tant d’autres de mes aînés, avant et après, y aviez gracieusement enfouies. Merci.

Recueille mes restes, s’il en reste m’appartenant encore, et annexe-les à tous nos apports qui suivront.

 

 Nombreux vous serez à le demander,

mieux se porteront ces vers composés pour notre

postérité!
   

00.33.(0)4.90.28.17.22 

00.33.(0)6.37.28.60.93   
              
A suivre...

 

 

 

 

Publié dans BALLADES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article