Expressis verbis. Relecture d'un conte marocain

Publié le par F-EDITIONSNAIRE

Nouvelle image naire adidas

 

 

Editor ial : E xpressis verbis   

Dieudonné L. Naire
Sociologue indépendant
http://f-edtionsnaire.over-blog.com/


        Et si on essayait de dépayser, le temps d’un conte, notre si chère et Belle langue française ?!
    Il y a comme cela des matinées qui chantent l’inspiration en venant, quelque peu, titiller l’esprit.
        Ce matin de février, moi je vous emmène entre ces mots et avec cette nouvelle façon d’écrire  au Maroc où un de ses vieux ressortissants me conta, un de ces soirs venus sur  un des bancs de la Place Montfort à Vaison La Romaine où je réside aussi, l’histoire qui va suivre…
        Il était une fois, il y a fort longtemps déjà, dans les célèbres montagnes du Rif au Maroc, un homme Hassanne se rendait, à chaque jour de tenue de marché hebdomadaire toujours dans le même village et occupant la même place pour dresser son étal et y vendre ses marchandises. Autrefois son arrière grand père, grand père et père l’avaient fait, chacun selon son temprérament et ses choix. Ils s’y rendaient, comme lui ce jour là, sur un âne, qu’ils attachaient toujours sous le même arbre. Jamais rien ne vin ébranler ces habitudes. Tout le village devait connaître tous ses ascendants et lui-même d’ailleurs.
        …/…Puis, vint un jour, où après avoir remballé sa marchandise et transporté sa marchandise auprès de l’arbre, il ne trouva pas son âne ! Il cru rêver. Mais non, réalisa-t-il au bout d’un moment. On me l’a volé ; on a volé mon âne. Qui a osé cela se demanda-t-il, qui au nom d’Allah a osé faire cela à lui un si bon musulman reconnu par ses semblables; qui, se maugréa-t-il silencieusement ?
    Il trouva soudainement la solution. L’idée lui parue lumineuse et décida de la mettre immédiatement en acte.
        Il traversa tout le village, de part en part et, en de multiples allers et retours, en clamant haut et fort «  Si je ne retrouve pas mon âne à l’endroit habituel, je ferai à ce village ce que mes parents ont fait en leurs temps, vous verrez  cela au nom Glorieux d’Allah ! Inchallah !».
       En un autre détour de pensée, on pourrait y inclure Sarko et le dire autrement : « Si vous ne m’élisez pas, ce sera qui vivra verra car ce sera dans les mains des hommes du système, des menteurs, des anti-peuples que vous irez… »
Il alla et venait ainsi en clamant, invariablement, cette sentence urgente d’effets.
        Les villageois se mirent alors à se consulter un à un et dire comme un seul homme «  et si en échange de son âne nous lui exigeons seulement de nous dire ce qu’avaient fait ses illustres prédécesseurs à notre village ? Ce serait au moins instructif, hein ? ». Tous acquiescèrent à cette idée amusante. On verra ce que l’on verra, Inchallah ! Le marché fut conclu, comme on le dirait entre Sarko et son digne peuple français en 2007, allez, heu ! Bon je me comprends.
        Mais voilà qu’une fois son âne récupéré, il chargea sa marchandise, grimpa sur celui-ci et, sans mots dire, il s’en alla, traversant le village sous les regards ébahis des villageois. Tous se levèrent et le suivirent jusqu’à la sortie du village. Alors ils décidèrent de l’interpeller vivement. «Et alors, qu’avaient fait tes parents alors ? » Hassanne continua sans mots dire et plus loin il répondit laconiquement : « chacun d’eux repartit sur son âne, comme je le fais aujourd’hui ».
        Un marché de dupes clama-t-on avec vivacité !
    Comme celui passé en 2007 entre les français et le sueur Nicolas 1er. Mais lui, repartira-t-il comme il était venu même avec rage ? Non bien sûr, parce que, sans nul doute, il ne sait surtout pas où partir ainsi ? Où, à l’Île…où en H… ?

    Dans tous les cas risqués,
    Expressis verbis.

    Ce matin du 21/02


ANNONCE

Mes derniers ouvrages
sont désormais disponibles chez
mon éditeur Mon Petit Editeur, 
www.monpetitediteur.com

je vous attends aux rubriques poésie et
roman pour :
Quêtes de poésie engagée...
par Dieudonnet et
Le Retardataire. Une façon d'écrire,
par Naire, roman.

 

                                        http://f-edtionsnaire.over-blog.com/



Les éditions naire s’apprêtent à se
transformer en une
association Loi 1901

Publié dans ACTUALITE FRANçAISE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Je viens de découvrir vos articles et me réjouis de la virtuosité conservée de ton esprit critique. Bravo
Répondre
G
Je n'ai pas entendu parler de cette découverte concernant les hiéroglyphes, cela semble passionnant ! Bonne journée !
Répondre
G
Bienvenue dans la communauté zamis des images.<br /> Je suis impatiente de découvrir vos photos, au plaisir de vous lire, amicalement, Gify.
Répondre
F
<br /> <br /> Merci de m'accepter. Je vais éssayer de le mettre en ligne en les commentant. A bientôt. J'oubliais: la découverte de cette pyramide, de deux pyramides jouxtant avec un sphinx, 40.000 tonnes<br /> d'objets divers en or et enfin, la découverte selon laquelle les hiérogliphes auraient été écrites en langue Haussa parlée par au moins 50 millions d'africains, bouleversent à un point jamais<br /> imagininée toutes nos lectures anthropologiques. Les égyptiens seraient des Haussas venus de la région de Zinder au Niger. Les perspectives photographiques sont alléchantes, bonne journée à vous.<br /> Dieudonné<br /> <br /> <br /> <br />
O
Lorsque l'on parle de campagne de vérité, d'instants de vérité, à qui voudrait-on mentir ?
Répondre
P
Villepinte aura rapporté, selon le premier sondage publié, le fameux croisement des courbes annoncé et espéré. Curieux et ce sondage et ces cinq cent signatures de Marine soudainement rassemblées,<br /> concomitance, coïncidence hasardeuse, ce qui est vrai, l'immigré aura permis a Sarko de marquer son premier point et demi, triste sans honte pour des informations et décisions fondés sur du<br /> mensonge, du copie collé des idées des autres qu'il dénoncait hier. Reste au parti socialiste de faire la démonstration que Sarko, le rouleau compresseur de Kossuské, est désormais aux abois et<br /> pour conserver cette inespérée avance il aura tendance à démultiplier les annonces et promesses au point de déraper politiquement...Un adage marocain conseille que lorsque vous tomber sous les<br /> charmes d'un menteur, contentez-vous de le suivre jusqu'à chez et vous verrez si en rentrant chez lui, il osera encore en ressortir. Ce sera jusqu'aux urnes qu'il faudra le suivre et le lendemain<br /> nous rechercherons sur les tribunes si MM. Sarko est encore là! Bravo Hamon, j'ai aimé la contradiction courageuse que tu as apporté ce matin sur BFM TV. J'attends celles des autres...
Répondre