Editorial: Dans l'air du temps Où en sommes-nous ?

Publié le par F-EDITIONSNAIRE

PHOT0057

                                   ECOUTES MÄA

 Je suis débordé. Débordé d'éfforts pour me trouver un job.

Je suis bouleversé de découvrir qu'il ne s'agit plus seulement de moi seul

De plus en plus nombreux nous sommes et serons.

Et tu sais quoi Mâa, même les Etats ont des difficultés.

Ils en auront de plus en plus.

De plus en plus ils sombreront dans la récession, Mâa.

Le pire, tu sais Mâa, ils attendent le retour de la CROISSANCE !

Une sorte de nouveau SAUVEUR qui se doit d'être positif

et au moins supérieur à 2.Inchalaah.

Ah Mâa, je suis débordé d'incompréhension.

Croissance, décroissance, sance, chance, on en est là.

Tout y passe désormais. L'imaginaire politique est en ébulition !

Explications, dénonciations, indexations, accusations: le grand déballage

Pour un Peuple qui a encore du mal à comprendre ce qui se passe

Et ce qu'on lui prépare de tordu.

Le politique veut être plus transparent queson ombre.

Tout doit se savoir. Point d'angles morts.

Être plus blanc que le blanc d'OMO !

Mais il faudra apprndre à attendre sans se plaindre.

Patience, patience, le bonheur est pour bientôt.

Bientôt, avant la fin de cette année.

Mais bientôt ce n'est plus maintenant. 

Maintenant tout  déjà changé

Hollande est Président.

Le changement promis s'est réalisé à la satisfaction générale.

Pourtant Mâa, la solidarité entre les Etats s'est érodée.

On discute sur sa pertinence tandis que l'un d'eux est en train de sombré

Avec d'autres et d'autres encore.

L'Europe divisée; découpée.

L'aide d'urgence s'accompagne des conditions proches d'un enterrement.

Ah Mâa, les Etats ont découvert le vertus de l'avarisme; du seul pour soi.

Proches de leurs deniers, l'Etat s'est individualisé

Non Humanisé comme le citoyen proche de sa poche.

Mâa je suis débordé

Vois-tu ce que l'on peut faire avec du Français ?!

Alors pourquoi baisser la culotte aujourd'hui ?

Le mond ne peut plus être sans nous.

Personne ne peut plus se permettre de se passer de nous, de notre langue, de notre pays France.

France nous sommes

Français nous vivons par notre Langue au delà de notre territoire et de notre Histoire !

Ah Mâa, c'est dûr d'être à tous les combats

Je suis débordé, débordé. 

Publié dans Mot de Rentrée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article